Idi NOUHOU (Réalisateur / Director)
Maman Siradji BAKABE (Producteur / Producer)

[:en]Alhassane, The Master of Kharmou (Niger)[:fr]Alhassane, Le Maître de Kharmou (Niger)[:]

[:en]Feature project by Idi NOUHOU (Niger), produced by Maman Siradji BAKABE – « B@K TECHNO » (Niger)[:fr]Projet de fiction d’Idi NOUHOU (Niger), produit par Maman Siradji BAKABE – « B@K TECHNO » (Niger)[:]

[:en]Synopsis

In the village of Boulkam, between Alhassane and Kharmou – his mythical camel, his animal-friend, it’s a great story of affection, love-passion, as there is little in our world. At each reunion, when Kharmou returns from the pasture where he grazes in complete freedom for months, it’s a celebration for both of them. That night, they sleep leaning against each other. But one day, Boko Haram’s fundamentalists attack Kharmou and prepare to blow out the children of the community who have become human bombs – including Abdou, Alhassane’s only son.

 

Production note

This project denounces the misguided organization of our two-tier society, in which few people are getting dazzlingly richer while the vast majority is immensely poor. This project evokes the wiles of the crooked storeowners, the tearing of our communities where some become accomplices of the assassination of the others; and where tricks and morals depravity have become common – creating a deadly cocktail where suicide bombers melt into the crowd without being denounced. This film also talks about love between girls and boys, and between an animal and its owner. This love is admirable of fidelity, complicity and loyalty, and we will understand that human beings have many things to learn from animals.[:fr]Synopsis

Dans le village de Boulkam, entre Alhassane et Kharmou – son mythique chameau, l’animal-ami, c’est une grande histoire d’affection, d’amour-passion, comme il y en a peu dans notre monde. A chaque retrouvaille, au retour de Kharmou du pâturage où il vadrouille en toute liberté pendant des mois, c’est la fête pour tous les deux. Cette nuit-là, ils dorment adossés l’un contre l’autre. Mais voilà que les intégristes de Boko Haram s’en prennent à Kharmou et se préparent à faire exploser les enfants de la communauté qui sont devenus des bombes humaines – dont Abdou, le fils unique d’Alhassane.

 

Note de production

Ce projet dénonce l’organisation dévoyée de notre société à deux vitesses, avec l’enrichissement fulgurant d’un petit nombre et l’immense pauvreté de la grande majorité. Ce projet évoque les ruses des commerçants véreux, la déchirure de nos communautés où les uns deviennent complices de l’assassinat des autres ; et où les combines et la dépravation des mœurs sont devenues monnaie courante – créant ainsi un cocktail mortel où les kamikazes se fondent dans la foule sans être dénoncés. Ce film parle aussi d’amour entre des jeunes filles et garçons, et entre un animal et son maître. Cet amour est admirable à force de fidélité, de complicité et de loyauté, et on verra que l’être humain a bien des choses à apprendre des animaux.[:]