Tangui Jaloud ZAINOU (Artisan Prod)

[:en]Synopsis

This documentary takes us to meet a small group of African veterans living in the Adoma centre in Bondy, a suburb of Paris. Aged 79 to 92, they belong to the last generation of a long line of veterans, who were for over a century either volunteers or forcibly recruited to fight alongside France. In 2017, after more than forty years of administrative struggle for the recognition by the French government of this heritage, only 33 received the French nationality. With exemplary dignity, they tell us their memories, their joys, their regrets, their sorrows and share with us, in the simplicity of their daily lives, their fight for recognition.

 

Production note

After Linda Leila Diatta’s first short documentary, « Jackenson », Tanit d’Or at the JCC in 2017, it is during her training at the FEMIS in Paris, that she decides to make a feature film on the Senegalese colonial infantry regiment. Enthusiastic and passionate since childhood by cinema and History, the fact that she is a veteran’s granddaughter and that she finalized in 2018 « The Last Combat », a short documentary on this subject, makes her the best candidate to approach with finesse and lightness a subject as touching, actual and real. The success of the documentary is based on the fragile balance between the great and the small history, personal life paths and large social movements, as their fight for recognition in France and Senegal.[:fr]Synopsis

Ce documentaire nous emmène à la rencontre d’un petit groupe d’anciens combattants africains installés dans le foyer Adoma à Bondy, en banlieue parisienne. Agés de 79 à 92 ans, ils appartiennent à la dernière génération d’une longue lignée de combattants, volontaires ou recrutés de force dans les bataillons de tirailleurs, des bibliothèques vivantes qui s’éteignent doucement emportant avec elles tout un pan de l’Histoire de la France et du continent africain. En 2017, après plus de quarante ans de bataille administrative pour la reconnaissance de la France, seulement 33 obtiennent la nationalité française. Avec une dignité exemplaire, ils racontent leurs souvenirs, leurs joies, leurs regrets, leurs peines et partagent avec nous, dans la simplicité de leur quotidien, leur combat pour la reconnaissance.

Production note

Après le premier court-métrage documentaire de Linda Leila Diatta, « Jackenson », Tanit d’Or aux JCC en 2017, c’est durant sa formation à la FEMIS à Paris, que vient en elle l’envie de réaliser un long-métrage sur les anciens tirailleurs sénégalais. Pleine d’énergie et passionnée depuis l’enfance par le cinéma mais aussi l’Histoire, le fait qu’elle soit la petite-fille d’un tirailleur et qu’elle ait finalisé en 2018 « Le Dernier Combat », un court-métrage documentaire sur ce sujet, font d’elle la candidate privilégiée pour aborder avec finesse et légèreté, un sujet aussi touchant, actuel et réel. Toute la réussite du documentaire repose sur le fragile équilibre, constamment maintenu, entre la grande et la petite histoire, entre les destinées personnelles des tirailleurs et des mouvements sociaux de plus vaste ampleur, comme celui de leur combat pour la reconnaissance de la France et du Sénégal.[:]